La serre aquaponique de Guillaume Dekoninck à Santes : Un rêve qui est en train de se réaliser !

Vue extérieure des 5 serres.
Vue d’une partie de la serre avec en arrière plan les tables à marée destinées aux plants.

Après moult péripéties, le projet de ferme aquaponique de Guillaume Dekoninck située à Santes dans le  nord de la France est sur la voie de la concrétisation !  

La phase plomberie arrive à son terme, les commandes de graines (600 000 graines) sont finalisées, le  nettoyage des bacs est en cours, la mise en eau des deux premières boucles terminée, et les premiers rafts  flottent déjà !  

Pour compléter, une étude sur l’ergonomie de travail est train d’être réalisée par Marina actuellement en  stage.  

Cela met du baume au coeur à Guillaume Dekoninck et à ses deux premiers salariés Rémi et Eponine ! 

Quelques rappels sur ce grand projet initié en 2017 : 

L’entrepreneur : Guillaume Dekoninck, créateur de l’Écho Village, a remporté grâce à ce projet l’un des prix de la Fabrique  Aviva avec un chèque de 15 000 €  

L’Écho Village comme : écologique, comme ce projet ; écho pour rejoindre certaines valeurs fondatrices  du créateur et enfin village avec cette micro société qui se met en place. 

Le lieu : Un ancien site agricole de plus d’1,3ha dont l’exploitation s’est terminé en 2014 

Les installations : Cinq serres (3600 m²), les quatre premières dédiées à la culture végétale comprenant 38 bacs de culture de  35 m de long sur 1m20 de large et 18 tables à marée dédiées au développement des plants. Sur la serre chapelle la plus à gauche, se trouve la zone aquaponique avec quatre bassins de 36 m³  d’élevage de truites, avec une densité inférieure à 35 kg de poissons par m³ 

Sur le terrain restant se situera le laboratoire de transformation du système aquaponique. Et des bâtiments avec bureaux, espace de co-working, incubateur, un système de phytoépuration pour le  traitement des eaux usées du site…

Les installations de la ferme vont utiliser 632 m³ d’eau. Selon les calculs de Guillaume Dekoninck,  l’évaporation, en intégrant l’accentuation de la crise climatique dans les prochaines années, devrait être de  15 à 20 % par an. Une réserve d’eau de pluie de 360 m³ installée doit permettre de la compenser. 

Une valorisation des déchets provenant de la transformation des poissons et de la serre est prévue  (Lombricomposteur, poulailler, bassins d’écrevisses…) 

Les valeurs de l’Echo-village et de son créateur :  Environnementales par la recherche absolue du zéro déchet, mise en place d’une phytoépuration, pas  d’intrants chimiques, destination des produits vers les marchés locaux….. 

Sociales par le biais d’un partenariat avec le ministère de la justice pour l’accueil des mineurs prisonniers,  d’embauches par des programmes d’aide à l’emploi…. 

Coût du projet :  Actuellement estimé à plus de 3 millions d’euros. 

Vue des bassins à poissons.
Mise en place des rafts par Rémi, nouvellement employé au sein de l’exploitation.
Première boucle en eau et rafts installés ! Ça donne le sourire à Guillaume et Rémi!
Eponine (au centre) qui supervise la mise en place des semences, bichonne les petits semis qui pour la plupart pointent déjà leurs cotylédons!

Contact :

 

Stéphane Delobel – 01 /12/2020.